CINÉMA & TÉLÉVISION

 

My Honor Was Loyalty

Le film évoque le destin du sergent Ludwig Herckel, engagé dans la 1ère division SS Leibstandarte durant la Seconde Guerre mondiale. Patriote, dévoué à l’Allemagne et à ses camarades de combat, mais de plus en plus sceptique sur les finalités de la guerre, il va se battre durant les campagnes sur le Front de l’Est mais également en Normandie, après le débarquement américain. Réalisant petit à petit que la guerre va se terminer et que l’Allemagne va perdre la guerre, Ludwig Herckel est alors partagé entre choisir de combattre jusqu’au bout ou bien de rentrer chez lui, en Allemagne, afin de retrouver sa femme qui l’attend.

Quelques scènes ont été tournées en France par le R.S.H. 1944. Le film est actuellement disponible sur NETFLIX.

Détruire Paris : les plans secrets d'Hitler

En août 1944, Hitler ordonne de détruire Paris en minant les ponts et les monuments. Le roman national raconte que le commandant allemand du «Gross Paris», aurait sauvé la capitale en refusant d'obéir à l'ordre du Führer. Cette belle histoire a bercé l'imaginaire de plusieurs générations de Français. Cette enquête menée au sein des centres d'archives en France et en Allemagne démontre que la réalité est tout autre. Les archives révèlent qu'après la libération de Paris, Hitler va, par trois fois encore, tenter d'anéantir la capitale de la France.

Ce documentaire TV a été l'occasion pour certains membres du R.S.H. 1944 de participer comme figurants à cette production de France 5.

Le bunker de Margival

Eté 42 : Hitler fait construire un centre de commandement à Margival dans l'Aisne. 22 000 ouvriers vont construire 475 bunkers sur une zone militarisée de 90 km. Le QG qu’a choisi de vous présenter RMC Découverte est le seul encore intact et, étonnamment, il se situe en France près de Soissons (Aisne). Jusqu’en 1944, le Ravin du Loup (Wolfsschlucht), fruit de la mégalomanie du dictateur devait lui servir de quartier général à l’Ouest en cas de débarquement des alliés. Là, Serge Tignères, le réalisateur de la série, épaulé par des historiens spécialistes de la période et des bénévoles qui tentent de préserver cet ensemble architectural, ont tenté de faire découvrir l’incroyable ensemble de béton aux portes de Paris.

 

Les batailles perdues d'Hitler

En 1944, les services de renseignements britanniques mettent sur pied un plan pour assassiner Adolf Hitler auquel Winston Churchill renoncera, jugeant que le dictateur est plus utile vivant que mort. En effet, les services secrets britanniques considèrent qu'à la tête des armées allemandes, Hitler est devenu leur meilleur allié pour précipiter la chute du IIIème Reich. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a multiplié les erreurs et les décisions incompréhensibles, et ainsi perdu de nombreuses batailles et des milliers de soldats. Isolé et affaibli, il finit par se donner la mort en avril 1945, perdant son ultime bataille contre l'histoire et la mémoire. Ce documentaire, riche en archives, fait intervenir de nombreux spécialistes de la Seconde Guerre mondiale ainsi que des figurants du RSH1944. Il a été tourné au siège de cette association.

 

La ligne de démarcation

En juin 1940, neuf mois après le début de la Seconde Guerre mondiale, la France capitule. L'armistice est signé le 22 juin 1940 et les clauses sont sévères. Parmi elles : la création d'une ligne de démarcation de 1200 km et qui coupera la France en deux, du lac de Genève aux Basses-Pyrénées. Les Allemands laissent libre la moitié Sud de la France et occupent la moitié Nord, où se trouvent les industries et les sources d'énergie. Ils s'assurent ainsi une emprise sur l'économie du pays. Cette frontière intérieure au tracé chaotique vient bouleverser la vie de millions de Français, qui se retrouvent séparés de leurs usines, de leurs champs, de leurs écoles ou de leurs familles. Des figurants de l'association R.S.H. 1944 ont apporté leur concours et leur matériel afin de donner vie à ces scènes historiques.

Les artificiers noirs

Pendant la seconde guerre mondiale, ces havrais venus des Antilles et d'Afrique ont été recrutés de force par l'armée allemande pour déminer les bombes anglaises non explosées... Un travail dangereux dont ils ne connaissaient rien. Pourtant, durant ces longues années de guerre, ils ont empêché plus de 900 bombes d'atteindre leur terrible objectif, sauvant ainsi la vie de nombreux havrais.

Ce film est un hommage à leur parcours trop peu connu et à leur courage exemplaire.

Certains de nos reconstituants étaient présents dans le rôle difficile des soldats de la Wehrmacht.

Cyrano miniature grande.jpg

Cyrano aux tranchées

En 1918, Joseph Suberville, jeune mitrailleur, poète à ses heures, fait représenter à Verdun Cyrano aux Tranchées, pièce écrite en hommage à celui qu’il considère comme son maître, Edmond Rostand.

Dans l'atmosphère lourde de la nuit où la moindre lueur alerte l’ennemi, Cyrano redescend de sa lune et se retrouve face à un simple Poilu qui monte la garde au bord de sa tranchée. C’est la rencontre improbable entre le personnage emblématique du panache français et « un soldat comme il en fallu ».
 

Nos partenaires de l'Association des Poilus d'Île-de-France sont venus joué dans les tranchées des décors du R.S.H. 1944.

Aiò Zitelli

En pleine guerre des tranchées, le soldat Corse Lucien Casalta est appelé d’urgence à l’arrière des lignes par un tribunal de campagne en tant que traducteur. Dès son arrivée, il est surpris de voir que le jeune soldat jugé pour désertion n’est autre que son compatriote et ami Joseph Gabrielli… C’est l’histoire du court métrage « Aiò Zitelli » réalisé par Jean-Marie Antonini qui re-trace la vie des corses fusillés pour l’exemple durant la Grande guerre. Parti de la bande dessinée éponyme de Frédéric Bertocchini, le réalisateur sort un film poignant sur cette période de l’Histoire.

Certaines scènes de guerre ont été tournées dans les décors de tranchées sur le terrain du R.S.H. 1944.

Alois Brünner, le bourreau de Drancy

Le 9 mai 1943, Brunner est nommé à Paris afin d'intensifier le processus de déportation des Juifs de France. Il réorganise le fonctionnement interne du camp de Drancy et y fait régner un système de terreur qui s’abat sur les internés. Selon des techniques éprouvées à Vienne, à Berlin et à Salonique, Brunner crée également une police juive au sein même des internés dont il réorganise la hiérarchie. Il organise le départ des déportations non plus de la gare du Bourget mais de la gare de Bobigny pour des raisons de discrétion et de logistique.

 

Un si long chemin

Normandie 1944, la France est occupée par l'armée allemande. Fernand découvre Ingrid et son petit garçon Marcel qui se sont enfuis du dernier convoi juif vers Drancy. Pour sauver son fils, Ingrid n'a pas d'autre choix que de le laisser aux mains de Fernand qui devra choisir entre sa vie paisible ou se mettre en danger.

Nos resconstituants dans le rôle de soldats de la Wehrmacht ont donné la réplique aux acteurs.




Certains de ces films ou documentaires, ainsi que leurs bandes-annonces, ont été réalisés avec la participation de figurants, membres à l’époque d’une autre association (le GTRH40) et c'est donc cette dernière qui est parfois citée dans les crédits des productions. Ces figurants ont depuis quitté cette association et sont désormais membres du RSH 1944.

Les prestations ayant été effectuées sur une base individuelle de figuration et non dans le cadre d'un lien juridique entre le producteur et ladite association, il semble légitime de les citer ici parmi les oeuvres audiovisuelles réalisées par des membres actifs du RSH 1944.